Maigrir avec le régime Weight Watchers

Le régime Weight Watchers a été créé dans les années 60 afin d’aider les personnes à mieux manger et à maigrir sans trop de contraintes. Grâce au comptage de points qui permet de compter les calories de chaque plat, ce régime est assez facile à suivre. En complément du régime alimentaire, les réunions assistées par un coach sont utiles pour ceux qui n’ont pas le courage de suivre seul le régime.

Créé aux États-Unis en 1963, le régime Weight Watchers est un programme, associé à un programme de soutien psychologique, destiné à ceux qui désirent perdre du poids. Le programme de soutien prend la forme d’une réunion hebdomadaire d’un groupe de personnes avec l’assistance d’une animatrice. Cette dernière sert de guide pour le groupe dont le rôle consiste à écouter les difficultés rencontrées par chaque membre du groupe et à trouver les solutions adéquates. La réunion est un moment d’entraide et d’échange pour tous les adhérents. Lors des réunions, plusieurs thèmes sont traités et chaque membre peut partager et parler de ses problèmes rencontrés durant la semaine ou parler de ses pertes de poids. Il est aussi possible d’avoir un entretien individuel et d’un suivi par correspondance pour ceux qui ne peuvent pas assister aux réunions.

Les principes du régime Weight Watchers

Le régime Weight Watchers consiste à suivre un régime hypocalorique en mangeant des aliments variés et avoir une alimentation équilibrée. En gros, le régime recommande de manger un peu de tout sans avoir à se priver. Tous les aliments peuvent être consommés mais on privilégie les fruits et les légumes. Il faut également favoriser les produits laitiers pour permettre au corps de retrouver la forme et de lutter contre la fatigue ou la perte d’énergie. Pour ce régime, il est indispensable de boire entre 1 litre et 2 litres d’eau par jour. Pour faciliter la pratique du régime Weight Watchers, le programme flexipoints a été lancé. Ce programme permet de personnaliser le régime en attribuant des points limites à chaque individu en fonction de son âge, son sexe, son poids, sa taille, le nombre de kilo à perdre ainsi que ses activités physiques. Les points sont calculés à partir des valeurs énergétiques de tous les aliments, des boissons et de la quantité de lipide par 100 grammes. Ainsi, il est possible pour chacun de trouver son rythme et de gérer son alimentation, en faisant attention de ne pas dépasser la limite des points. Mais le plus important, c’est de savoir bien répartir les points pendant une journée en tenant compte des différents apports en glucide, en protide et en lipide. Même si le régime ne stipule aucune privation, il est nécessaire de réduire la consommation d’aliments riches en graisse pour obliger le corps à puiser dans ses réserves et donc pour améliorer la perte de poids. Les activités physiques sont recommandées et permettent de gagner des points bonus.

Les avantages et les limites du régime Weight Watchers

Le programme est contrôlé par des nutritionnistes et des diététiciens professionnels pour optimiser l’efficacité du régime et pour préserver la santé des personnes. Grâce à sa technique de comptage de points, le régime Weight Watchers permet d’adopter une bonne habitude alimentaire même après avoir atteint le poids recherché. Le régime peut être adopté par toute la famille pour que chacun puisse réapprendre à mieux manger. Comme il ne demande aucune privation excessive, ce régime ne nuit pas à la santé et ne présente aucune conséquence majeure pour l’organisme même s’il est suivi pendant une longue période. De plus, le régime Weight Watchers a été établi afin d’éviter la reprise de poids ou l’effet yoyo s’il est suivi correctement. L’autre avantage de ce régime, c’est qu’avec le soutien des autres participants lors des réunions hebdomadaires, chacun peut ressentir plus de motivation et plus de courage, étant donné que les autres sont là pour les encourager et les épauler. Grâce à ces réunions, le régime Weight Watchers donne ainsi de bons résultats.

Toutefois, le régime Weight Watchers présente certains inconvénients. Ainsi, la perte de poids peut être lente puisqu’il n’y a pas beaucoup de privation. Ce régime n’est donc pas conseillé pour ceux qui veulent perdre du poids rapidement. De plus, pour suivre le régime Weight Watchers, il faut tout de même investir beaucoup d’argent car le prix des livres et des réunions est assez cher.

Les grandes lignes du régime Scarsdale

Aujourd’hui, de nombreux régimes amaigrissants sont proposés aux personnes qui souffrent de surcharge pondérale. Parmi eux, le régime Scarsdale basé sur la restriction d’apport glucidique, connu aussi sous le nom de Scarsdale Medical Diet (SMD), compte de nombreux adeptes. Il occasionne effectivement une perte de poids rapide, mais en le suivant à long terme, il est indispensable de prendre des précautions car il peut causer diverses carences.

Le régime Scarsdale est un régime hypocalorique reposant sur une restriction d’apport en glucide. Mis au point par le docteur Tarnower à la fin des années 70, il comprend un programme avec des menus composés principalement de légumes, de fruits et de sources de protéines maigres. Ce programme est constitué de l’alternance de deux phases qui doivent être rigoureusement respectées pour être efficace. La période de régime proprement dit dure quatorze jours, après on suit pendant deux semaines la phase de stabilisation durant laquelle on réintroduit certains aliments dans le menu et on peut manger un peu plus mais toujours avec certaines restrictions. Après ces deux dernières semaines, on reprend le régime et ainsi de suite.

Le régime proprement dit

Pour obtenir les résultats voulus, pendant les quatorze premiers jours, il faut respecter les menus proposés. Le petit déjeuner comportera en tout un demi pamplemousse accompagné d’une tranche de pain enrichie en protéine, grillée sans tartine, du café ou du thé sans sucre, à volonté. Entre les repas, en cas de creux, les friandises ainsi que les desserts qui apportent du glucide sont à proscrire, mais on peut consommer des carottes et des céleris crus. Pendant cinq jours, le déjeuner et le dîner sont composés d’un poisson ou d’une viande maigre avec un légume tandis que les deux autres, on n’a droit qu’à une salade de fruits comme repas. En guise de dessert, un fruit de saison ou un demi-pamplemousse sont permis, quatre fois par semaine. Les boissons alcoolisées, les féculents et les matières grasses sont formellement interdits au même titre que les jus de fruits, les charcuteries, les viandes grasses et les desserts sucrés. Par ailleurs, il est conseillé de manger modérément et une fois qu’on se sent rassasié, on s’arrête même si on n’a pas fini son plat. Certains laitages sont aussi à éviter car ils comportent de la matière grasse qui peut perturber le régime. Pour préparer les repas, il ne faut pas employer de l’huile d’arachide, des matières grasses, de la margarine et de la mayonnaise. Cependant, les légumes peuvent être agrémentés d’épices, d’herbes aromatiques et de vinaigre. Pour préparer une vinaigrette, le vinaigre peut être substitué par du citron, additionné ou non de moutarde. Les sucres sont remplacés par des édulcorants.

La phase de stabilisation

Pendant la phase de stabilisation qui dure quatorze jours après le régime proprement dit, une alimentation plus variée peut être adoptée. Cependant, il ne faut pas faire un excès. Par exemple, il ne faut pas consommer plus de deux tranches de pains protéinés par jour, mais on peut les ajouter avec une tranche de pain complet. Les tubercules comme les pommes de terre, ou les ignames, ainsi que les féculents comme le riz et les pâtes sont à éviter. Les fruits riches en substances lipidiques comme les avocats sont aussi à rayer de la liste tandis que les produits laitiers sont à consommer modérément tels du lait écrémé, ou des produits laitiers ne renfermant que 2 % de matière grasse. Le sucre, les friandises et les charcuteries sont proscrits mais durant la phase de stabilisation, on peut boire un peu d’alcool, un verre de vin par jour est, par exemple, autorisé. Pour tartiner les tranches de pain grillé, on peut se servir de confitures sans sucre et en une semaine, trois ?ufs peuvent être consommés.

Les résultats et précautions à prendre

Bien que le régime Scarsdale soit contraignant, il est efficace et en principe, il peut occasionner une perte de huit kilos au terme des deux périodes. Toutefois, les risques de reprise de poids sont réels qu’il faut refaire une nouvelle période de régime et ainsi de suite, ce qui peut être nuisible à l’organisme, à long terme. En effet, des carences en lipide, en calcium et en acides gras essentiels peuvent apparaître qu’il s’avère indispensable de prendre des compléments alimentaires ainsi que du yaourt, de sources d’acides gras, de temps à autre, si on suit longtemps le SMD.

Comment muscler les abdominaux ?

Les abdominaux sont composés de quatre muscles différents dont le transverse, le grand droit de l’abdomen, le petit oblique et le grand oblique. Pour avoir un ventre plat et des abdominaux visibles, il est donc nécessaire de procéder à la musculation de ces différents types de muscles. Les exercices proposés dans ce sens consistent à effectuer plusieurs contractions volontaires des abdominaux. La musculation des abdominaux peut se faire de manière basique ou à l’aide d’appareils spécialisés.

En règle générale, un exercice d’abdominaux devrait durer entre 30 à 45 secondes en moyenne. Ce laps de temps permet notamment d’effectuer une trentaine de répétitions. Il ne s’agit donc pas de répéter les contractions des abdominaux jusqu’à épuisement mais de créer la contraction nécessaire pour favoriser l’hypertrophie des muscles. En effectuant un exercice d’abdominaux de plus de 45 secondes, seuls les muscles à faible potentiel hypertrophique travaillent, ce qui contribue plus à épuiser le sportif qu’à muscler ses abdominaux. La séance d’abdominaux idéale devrait, en principe, comporter un exercice pour le muscle du grand droit, un autre pour le transverse et un travail spécifique pour la musculation des obliques. Il est nécessaire d’effectuer 2 à 3 séances hebdomadaires d’abdominaux pour obtenir un résultat optimal.

Les exercices basiques pour muscler les abdominaux

Le crunch est l’un des exercices de base pour la musculation des abdominaux. L’enchaînement des mouvements au cours de cet exercice permet entre autres de travailler les parties haute et basse du grand droit de l’abdomen. Il existe plusieurs manières différentes de réaliser un crunch dont la version classique qui consiste à s’allonger sur le dos, les genoux pliés et les talons posés sur le sol. Le mouvement repose ensuite sur la contraction des abdominaux en redressant les épaules. Pour revenir à la position initiale, les pieds ne doivent pas décoller du sol. Cet exercice devra être répété une vingtaine de fois en moyenne. Une autre variante du crunch s’effectue en maintenant les genoux pliés à 90° en hauteur. Au moment de redresser les épaules, les jambes devront se tendre au maximum, de telle sorte à ce que la partie basse du grand droit se contracte. En revenant vers la position initiale, à l’opposé du crunch classique, les pieds ne doivent pas toucher le sol.

Le travail du transverse constitue également un exercice basique pour la musculation des abdominaux. Ce type d’exercice permet notamment de garder un ventre plat. Pour ce faire, il est nécessaire d’adopter la même position de départ que pour celle du crunch classique. Une fois allongé, il suffit de prendre une profonde inspiration pour faire rentrer le ventre le maximum possible. De ce fait, les lombaires seront maintenus au sol permettant au transverse de se contracter. Il est important de maintenir la contraction pendant 10 à 20 secondes avant de relâcher le muscle.

Les exercices d’isolation pour les abdominaux

Les exercices d’isolation pour les abdominaux consistent à concentrer le travail sur des muscles spécifiques, à l’instar des muscles obliques de l’abdomen. Il existe donc une autre variante du crunch qui permet de travailler le petit et le grand oblique. Pour ce faire, il faut partir de la position initiale du crunch classique : allongé sur le dos, genoux pliés et pieds posés au sol ou maintenus en hauteur selon les besoins du sportif. Les mains croisées derrière la tête, les abdominaux contractés volontairement, le sportif doit redresser le buste en effectuant une rotation sur le côté de façon à ce que le coude gauche touche le genou droit. Il sera ensuite nécessaire de répéter l’enchaînement en sens inverse en ramenant le coude droit vers le genou gauche.

Les différents types de planches pour abdominaux

Les exercices d’abdominaux peuvent se faire avec différents appareils spécialisés, à l’instar des planches. Grâce aux planches pour abdominaux, le travail des muscles peut s’intensifier afin d’accélérer le processus d’hypertrophie musculaire. Ce type d’appareil permet également de limiter les risques de traumatisme du dos occasionnés par certains mouvements incorrects comme le cambrage du dos au cours du crunch, par exemple. De plus, la planche pour abdominaux est l’appareil idéal pour effectuer un travail en profondeur sur l’ensemble de la sangle abdominale. Certains modèles dits « à inversion » sont utilisés particulièrement pour soigner le mal de dos ou encore les douleurs lombaires tout en développant les muscles des abdominaux. D’autres modèles disposent d’une hauteur réglable en deux niveaux pour une musculation optimale du grand droit. D’autres encore sont réglables sur 6 niveaux d’inclinaison et disposent d’un dossier rembourré ainsi que de 4 protections en mousse.

Les ceintures pour muscler les abdominaux

Des ceintures spécialisées ont été créées pour muscler les abdominaux sans effort. Grâce à ce système, les muscles travaillent sans que l’utilisateur n’ait à faire des mouvements particuliers car la ceinture effectue un travail discret et continu sur la sangle abdominale. A porter sous les vêtements, la ceinture abdominale peut effectuer entre 7 à 8 exercices différents sur les abdominaux. Le port régulier de cet appareil permet notamment de perdre jusqu’à 3,5 cm de tour de taille. La ceinture abdominale est disponible en deux versions : masculine et féminine. Elle est également disponible en pack avec un System Bras destiné à muscler les triceps ou encore avec un System Mini pour la musculation des fessiers.

Les grandes lignes du régime Montignac ou régime des managers

Le régime Montignac ou régime des managers est un programme amaigrissant pouvant faire perdre jusqu’à 5 kg par mois. Ce régime se base sur une bonne association des aliments, sans restriction sur leur quantité. Il est ainsi permis de consommer des aliments riches en protide et des aliments gras. Par contre, il est interdit d’associer les lipides aux glucides et de manger des sucres rapides.

Le régime Montignac, également appelé régime des managers, est un programme alimentaire amincissant développé par Michel Montignac. Il a surtout été adopté par les grands restaurants et s’avère plus efficace chez les hommes que chez les femmes. C’est l’une des variantes du régime dissocié car il préconise une certaine association des catégories d’aliments. Ce régime se pratique en deux étapes dont la première se focalise sur la perte du poids et la seconde sur sa stabilisation.

Présentation du régime Montignac

Le régime Montignac se base sur la qualité des aliments consommés, plutôt que sur la quantité. En effet, Michel Montignac a étudié les impacts de chaque catégorie d’aliments sur le métabolisme et les hormones. De cette étude a découlé le principe suivant : l’insuline produite en grande quantité suite à une forte absorption de sucres concentrés a des impacts négatifs sur le fonctionnement du pancréas. Cela entraîne par la suite la multiplication des cellules adipeuses et ainsi la prise de poids. En conséquence, pour perdre du poids, on peut consommer des aliments à index glycémique élevé à condition de les associer avec certains aliments bien spécifiques. Parmi les aliments à index glycémique élevé, on retrouve les céréales raffinées, les carottes, les pommes de terre, le maïs, le riz blanc, le pain blanc et les pâtes.

Le principe du régime Montignac

Le régime Montignac préconise, lors de la première étape de perte de poids, d’éviter de mélanger les lipides et les glucides c’est-à-dire le sucre et la graisse issue des féculents, des légumineuses ou des protéines animales. Les aliments riches en glucide sont à consommer seuls, à raison de 2 à 3 fois par semaine. Il faut aussi éviter de manger des graines et des noix. Quant aux fruits, ils doivent être mangés en dehors des repas.

En revanche, il est conseillé de consommer au cours d’un même repas des lipides et des protides. Par ailleurs, il est aussi permis de consommer des aliments qui contiennent du fructose. Ainsi, il faut éviter de manger du fromage au dessert ou de consommer le steak accompagné de frites. En revanche, il est permis de manger un repas complet composé de légumes, de riz, de pain complet, de lentilles et de fruits. Au cours de l’étape de stabilisation, le régime peut être moins strict et on peut consommer en plus du vin, des noix et des graines. L’important est de manger équilibré.

Menus types du régime Montignac

Même si le régime Montignac ne restreint pas la quantité des aliments, il faut tout de même éviter de manger en dehors des trois repas habituels. Avant de prendre le petit déjeuner et plus précisément dans les 20 minutes qui le précèdent, il est conseillé de manger un fruit. Le petit-déjeuner doit comprendre du thé léger, du lait écrémé ou du café décaféiné, des céréales complètes, du fromage blanc à 0% ou de la margarine allégée et du pain complet. Au déjeuner, il faut consommer des légumes, des crudités ainsi que du poisson ou de la viande. La seule boisson permise est l’eau non gazeuse. Pour le dîner, le menu se compose de crudités ou d’une soupe de légumes accompagnée d’?ufs, du poisson ou d’une noix de beurre. Au déjeuner comme au dîner, il est permis de manger du fromage à 0% de matière grasse.

Perdre 5 kg par mois grâce au régime Montignac

Ce régime pratique et discret de Montignac permet de perdre en moyenne 5 kg par mois. Selon une étude scientifique, cette perte de poids se fait grâce à la baisse du taux de triglycérides de 35% et des calories de 25%. Outre la perte de poids, ce régime permet aussi de réduire les taux de mauvais cholestérol, de triglycérides et d’insuline. Cependant, le régime Montignac présente quelques inconvénients. En effet, comme le sucre est à limiter durant le régime, il est fort probable de ressentir de la fatigue et de perdre des muscles. Concernant la consommation des protéines et des aliments gras, elle peut développer de mauvaises habitudes alimentaires et induire des effets néfastes sur le système cardiovasculaire à long terme. Par ailleurs, pour les non-initiés, il est difficile de bien suivre le régime car il est assez difficile de bien distinguer les aliments sources de lipide et de glucide.

Le cardiofréquencemètre : un accessoire pour les sportifs

cardio frequencemetre

La pratique du sport permet de rester en bonne santé et d’affiner la silhouette. Sans un appareil adéquat, il est assez difficile de déterminer l’effort fourni ou à effectuer pour atteindre les objectifs. Le cardiofréquencemètre a été mis au point pour les sportifs souhaitant progresser et mieux s’investir dans leur exercice. Le cardiofréquencemètre est un appareil permettant de mesurer la fréquence cardiaque, c’est à dire le nombre de battements effectués par le cœur en un laps de temps.

La mesure effectuée par le cardiofréquencemètre s’effectue en temps réel et en mode continu. Notez que la fréquence cardiaque est directement liée aux efforts physiques fournis par l’individu. Il traduit l’intensité du travail physique produit par l’individu. Avec le cardiofréquencemètre, il est possible de mesurer la fréquence des pulsations lors de la pratique de différentes disciplines telles le vélo, la marche ou la course.

Les différents types de cardiofréquencemètres

Les cardiofréquencemètres peuvent être classés en deux groupes. Le premier groupe rassemble les cardiofréquencemètres classiques munis d’une ceinture pectorale. La ceinture est à mettre en contact avec la peau. Elle traduit en signaux les impulsions cardiaques et les envoie vers un récepteur fixé au poignet ou sur un vélo. Le second groupe de cardiofréquencemètres regroupe les matériels dépourvus de ceinture pectorale. La valeur de la fréquence cardiaque est donnée par une lecture optique. Ce second groupe d’appareil regroupe les cardiofréquencemètres de faibles dimensions. Ces appareils désignés généralement sous le terme de cardiobagues peuvent être portés au doigt ou au poignet. Les cardiobagues sont constituées d’une montre, d’un chronomètre et d’un cardiofréquencemètre installés en une bague très compacte et légère. Le cardiofréquencemètre au poignet est composé d’un capteur à lecture numérique accompagné d’un gant.

Les avantages du cardiofréquencemètre

La fréquence cardiaque fournie par le cardiofréquencemètre est mesurée en temps réel. Avant l’apparition des appareils électroniques, le pouls n’était mesuré qu’après l’exercice physique. Le sportif s’est ainsi reposé avant que son pouls ne soit mesuré. Or, ce bref instant de répit ne permet pas de relever exactement la fréquence cardiaque de la personne lors de l’activité physique. Notez que le cardiofréquencemètre donne une valeur exacte de la fréquence cardiaque. Le programme d’entraînement du sportif peut être adapté en fonction des paramètres enregistrés par l’appareil. Grâce au cardiofréquencemètre, l’entraînement est plus efficace, personnalisé et bien structuré. De plus, un bip sonore alerte le sportif lorsqu’un effort excessif est fourni.

L’usage d’un cardiofréquencemètre permet d’éviter les accidents pouvant survenir lors de l’entraînement et de tester les capacités de l’individu à effectuer un exercice ou sa capacité de récupération après l’effort. Il permet aussi d’apprécier les progrès réalisés par le sportif. Certains modèles peuvent donner des informations supplémentaires et relatives à la fréquence cardiaque maximale. Ces modèles peuvent définir le nombre de calories brûlées pendant l’exercice, des données pouvant intéresser les sujets souhaitant perdre du poids en pratiquant une activité physique. Sachez que l’usage d’un cardiofréquencemètre permet d’optimiser et de gérer l’effort à fournir durant un exercice physique.

Les critères de choix d’un cardiofréquencemètre

Le choix d’un cardiofréquencemètre doit tenir compte du type de sport pratiqué. Le sportif pratiquant du vélo doit s’équiper un cardiofréquencemètre doté d’un récepteur fixé sur l’engin. Si l’individu pratique plusieurs disciplines, il est préférable d’acheter un cardiobague dont le port s’avère plus pratique. Les cardiofréquencemètres aux poignets sont plus appropriés pour les particuliers effectuant une course. Le sportif doit tenir compte de ses besoins ainsi que des caractéristiques de l’appareil lors de l’achat d’un cardiofréquencemètre. Les modèles rechargeables sont plus intéressants comparé à ceux fonctionnant avec des piles. Les cardiofréquencemètres qui résistent aux intempéries et ceux émettant des bips sonores sont assez pratiques. Ces modèles de cardiofréquencemètre conviennent aux personnes ne pratiquant le sport que depuis quelques mois. Les cardiofréquencemètres disposant d’une mémoire de grande capacité sont recommandés à tous les sportifs. Les informations relatives aux pulsations cardiaques ainsi qu’aux calories brûlées durant plusieurs séances d’entrainement peuvent êtres enregistrées dans les cardiofréquencemètres. Les modèles capables de transférer des informations sur un ordinateur sont particulièrement indiqués. Notez qu’il faut aussi tenir compte du budget lors de l’achat. Les cardiobagues coûtent en général entre 100 à 400 euros. Les modèles comportant des ceintures pectorales sont vendus entre une 40 et 150 euros.

Maigrir avec le régime hypocalorique

Le régime hypocalorique permet de perdre du poids de façon saine en privilégiant la consommation des aliments à faible apport calorifique. Pour éviter les carences, le régime hypocalorique requiert une alimentation variée et équilibrée, incluant des aliments riches en glucide. Pour rester en bonne santé, la consommation d’une quantité réduite de lipide et de protéine est aussi indispensable.

Le régime hypocalorique est un régime à faibles calories qui consiste à réduire les apports énergétiques. Son principe est d’écarter les aliments hypercaloriques, notamment les sucres et les aliments riches en matière grasse. Ce régime a ainsi pour but d’inciter le corps à utiliser ses réserves d’énergie, surtout les graisses superflues, ce qui a pour effet de diminuer le poids. Néanmoins, les régimes hypocaloriques sont difficiles à équilibrer et peuvent entraîner des carences. Pour y remédier, il est important de bien connaître et de tenir compte des apports énergétiques de chaque aliment. Un régime hypocalorique permet également de contrôler les habitudes alimentaires et de lutter contre une mauvaise alimentation.

Le régime hypocalorique : privilégier les aliments à faibles calories

Le principe du régime hypocalorique est de brûler les graisses en adoptant une alimentation à faibles calories. Un régime hypocalorique doit comporter en moyenne 1 000 à 1 600 kcal, à répartir sur les trois principaux repas. Afin d’éviter les carences, il est important d’arriver à un bon équilibre entre les apports en protide, en lipide et en glucide.

Les protéines d’origine animale et végétale doivent représenter 15% des apports énergétiques quotidiens. Les viandes, les œufs et les poissons sont les aliments riches en protéine. Il est préférable de choisir les viandes maigres comme le boeuf maigre, le jambon blanc dégraissé, les volailles sans peau, le filet mignon de porc ou le lapin. Les sources de protéines végétales présentent l’avantage de contenir moins de graisse. Il s’agit notamment des haricots, petits pois, lentilles, soja et certains légumes verts.

Les lipides se retrouvent notamment dans le beurre, l’huile et la margarine. Ces aliments doivent représenter de 30 à 35% des apports énergétiques. En effet, les lipides contiennent entre autres des acides gras essentiels pour assurer les fonctions vitales de l’organisme. Ils permettent également l’assimilation de certaines vitamines. Ainsi, malgré leur haute valeur calorique, la consommation de lipide est nécessaire. Une quantité de 30 à 40 grammes par jour, soit à peu près 3 à 4 cuillerées à soupe d’huile, est suffisante.

Par ailleurs, la consommation des produits de charcuterie, ou de viennoiserie, de pâtisserie, de friture, de confiserie et des viandes riches en matière grasse est à proscrire. La prise d’une collation dans la matinée et au cours de l’après-midi permet d’éviter les creux entre les repas et donc les fringales. Les collations conseillées sont le fromage blanc maigre, la crème allégée, le riz au lait, le yaourt écrémé accompagné d’eau, de café, de tisane ou de thé sans sucre. Une seule pâtisserie est autorisée à raison d’une fois par semaine. L’un des principes de base du régime hypocalorique est surtout de ne jamais sauter aucun des principaux repas.

Le régime hypocalorique : les résultats et les contraintes

Comme le régime hypocalorique tient beaucoup compte des valeurs nutritionnelles, il est toujours nécessaire de peser chaque aliment afin de ne pas faire des excès. Le régime hypocalorique permet de maigrir progressivement en mangeant sainement. Il est efficace à condition de bien suivre les instructions à la lettre. En moyenne, après un mois de régime, une perte de poids de 2 kg est constatée.

Le régime hypocalorique peut être lent pour ceux qui recherchent des résultats immédiats. Cependant, ce régime présente l’avantage de ne pas nuire à la santé comme c’est le cas pour certains régimes draconiens. Et bien qu’il soit surtout adapté pour ceux qui veulent perdre quelques kilos superflus, le régime hypocalorique peut également devenir une nouvelle habitude alimentaire très saine. En effet, il permet d’adopter une bonne hygiène alimentaire en variant l’alimentation.

Cependant, pour ceux qui veulent perdre plus de 5 kg, il est toujours mieux de demander l’avis d’un médecin ou d’un diététicien. En effet, un objectif de perte de poids conséquent nécessiterait de prolonger le régime sur plusieurs semaines. Seul un professionnel pourra conseiller un régime efficace, sain et permettant de ne pas reprendre les kilos perdus.

Le stepper : un appareil incontournable

Les exercices effectués sur un stepper simulent la montée des escaliers. Le stepper est un appareil permettant de travailler essentiellement les muscles des jambes, les cuisses et les fessiers. En effectuant des brèves séances mais régulières avec un stepper, le sportif peut améliorer sa santé, notamment son système cardio-vasculaire. Notez que le stepper est un matériel peu encombrant et se déclinant en plusieurs modèles dont les plus sophistiqués présentent plusieurs options.

Les différents types de stepper et leurs fonctions

Les steppers sont disponibles en plusieurs modèles dont certains comportent plusieurs options. Certains appareils sont équipés de consoles fournissant diverses informations. Les consoles affichent les données relatives à l’évolution des exercices et des objectifs à atteindre. Le sportif peut lire les données sur le nombre de marches montées, la distance réalisée, la durée de l’exercice, le nombre de calories dépensées ainsi que le rythme ou la vitesse de la marche. Certains appareils combinés à un capteur sont dotés d’une fonction de mesure de la fréquence cardiaque. Différents types de capteur de pulsations cardiaques peuvent être installés sur le doigt, la paume de la main ainsi que l’oreille. Notez que les capteurs les plus fiables sont ceux comportant des ceintures thoraciques.

Les avantages relatifs à l’usage du stepper

La pratique du stepper contribue à stimuler le système cardio-vasculaire et par conséquent d’améliorer la santé. La pratique régulière d’exercices à l’aide d’un stepper permet de réduire le taux de cholestérol, la masse graisseuse, les risques d’infarctus ainsi qu’une tension artérielle élevée. La pratique du stepper contribue aussi à réduire le stress et la dépression. Le stepper est efficace pour muscler certaines parties du corps notamment les fessiers, les jambes et les cuisses. Il permet aussi d’éliminer les graisses stockées dans les tissus. La pratique du stepper permet de brûler 190 calories en marchant à une allure normale pendant une demi-heure. Ces données sont valables pour une personne pesant 60 kg.

Bien préparer les exercices

Plusieurs recommandations doivent être respectées pour réussir les exercices sur un stepper. Le sportif doit effectuer des échauffements afin de prévenir les déchirements ou les crampes. Les échauffements permettent de s’entraîner pour une durée minimale et d’améliorer l’efficacité des exercices. Il est aussi nécessaire d’adopter la bonne posture sur l’appareil. Les pieds doivent être installés confortablement, bien à plat sur les marches et ne doivent être retirés pendant l’exercice. Le dos doit être bien droit durant l’exercice. Les bras doivent suivre le mouvement mais ne sont à poser sur la barre. Ainsi, il faut regarder devant l’appareil et non vers le bas et rester bien motivé durant l’exercice. Le sportif peut se distraire pendant la séance d’entrainement afin de rester motivé et d’atteindre facilement les objectifs. Le stepper doit être installé dans une pièce peu bruyante et aérée. L’écoute d’une musique de fond durant l’exercice permet de se distraire et d’évacuer le stress.

Les différents types d’exercices à effectuer sur un stepper

Le sportif pratiquant du stepper peut débuter son entrainement en effectuant toutes les semaines entre deux et trois séances d’une durée respective de 20 minutes. Il faut éviter de réduire une séance à moins d’une vingtaine de minutes. Pour atteindre une performance optimale, le sportif doit fournir des efforts plus intenses suivant un rythme progressif. Ainsi, à chaque séance il est possible d’augmenter la vitesse ou la durée de l’entraînement. L’utilisateur du stepper peut rallonger la durée de la séance de 5 minutes en gardant une vitesse stable. Il peut aussi progresser en gardant 20 minutes ou 30 minutes de marche mais en accélérant progressivement le rythme à chaque séance. Il est aussi possible d’alterner des séquences de diverses amplitudes ou de différentes intensités pour réaliser une marche lente ou rapide. Notez que la durée des séquences de marche lente et rapide varie de 3 à 6 minutes. L’adoption de certaines techniques d’entrainement permet de développer considérablement le système respiratoire et cardio-vasculaire. Sur certains steppers, il est possible de programmer plusieurs types d’entraînements grâce aux fonctions accessibles depuis la console.

Perdre du poids et conserver son poids idéal avec le régime Fricker

Le régime Fricker est adapté à tout individu qui désire perdre du poids sans devoir se soumettre à des restrictions alimentaires trop sévères. Il est divisé en deux programmes distincts : la méthode TGV et la méthode pleine forme. Ces deux méthodes diffèrent par rapport à leurs objectifs respectifs. En effet, si le premier permet de perdre du poids rapidement, le second vise surtout la stabilisation du poids.

Créé par Jacques Fricker, le régime Fricker est un programme minceur basé sur une alimentation excluant essentiellement les féculents et les sucres lents. Il permet de perdre environ 1 à 2 kilos en une semaine, mais pour s’épargner des carences liées aux régimes en général, il est conseillé de pratiquer le régime Fricker, au maximum, pendant 8 semaines. Ce type de régime préconise la consommation de protides et de légumes. Ainsi, les menus seront principalement composés de viande, de poisson et de légumes. Mais pour éviter les carences en vitamines ou en sels minéraux, les produits laitiers et les fruits sont relativement tolérés. Le régime Fricker se divise en deux programmes indépendants, à savoir le programme TGV et le programme pleine forme. Pour plus d’efficacité, il est fortement recommandé d’enchaîner le programme TGV avec le programme pleine forme.

Le régime TGV

Ayant pour objectif une perte de poids dans les meilleurs délais, le programme TGV peut durer entre 3 et 8 semaines, selon l’individu. L’alimentation sera composée majoritairement de protéines et de légumes. En effet, les protéines contribuent à une perte de poids sans fonte musculaire, tandis que les légumes ont un rôle important dans le transit intestinal mais surtout pour leur effet rassasiant. Par ailleurs, indispensable pour l’organisme et pour donner du goût aux aliments, les huiles végétales, notamment l’huile d’olive, sont permises. Les fruits ou les yaourts sont aussi autorisés, mais en très petite quantité. En revanche, le pain et tout aliment à base de féculents sont à proscrire, en plus des aliments sucrés. Par ailleurs, il est indispensable de boire de l’eau régulièrement. Pour plus d’efficacité, il est plus convenable de consommer des aliments naturels et d’éviter les aliments en sachets.

Un repas-type suivant le régime TGV

Selon le régime TGV, on pourra prendre au petit déjeuner des produits laitiers ou tout autre aliment riche en protéines comme un yaourt nature et 200 g de fromage blanc, le tout à 0 % de matière grasse, ou encore 2 tranches de jambon maigre. Les oeufs ou le bacon sont aussi autorisés. Par ailleurs, il est aussi permis de boire du jus de fruit non pressé ou d’autres boissons non sucrées. Au déjeuner comme au dîner, on pourra prendre une entrée, un plat principal et un dessert. En entrée, on privilégie les crudités ou un potage de légumes sans matière grasse. En guise de plat principal, on prendra 200 g de poisson ou de viande, avec au minimum 200 g de légumes. Le plat peut être assaisonné avec un peu d’huile végétale. Enfin, au dessert, on prendra un fruit ou un laitage. Il ne faut pas oublier que les céréales et le pain sont strictement interdits durant cette première étape du régime TGV.

Le régime pleine forme

Le programme pleine forme fait suite au régime TGV, mais peut tout aussi bien être pratiqué indépendamment de ce dernier. Ce régime est en fait un programme qui vise à perdre du poids tout en gardant la forme et sans reprendre les kilos perdus. Ce régime peut être suivi par toute la famille et se résume à des règles diététiques à mettre en pratique tous les jours. Il s’agit donc d’avoir une alimentation équilibrée et saine tout en limitant les quantités ingérées pour perdre des kilos sur le long terme. Le régime pleine forme dure huit semaines et contrairement au régime TGV, les glucides et les féculents sont autorisés. Par contre, la perte de poids reste assez lente et limitée en termes de nombre de kilos perdus. Toutefois, pour plus d’efficacité, on pourra entrecouper le régime TGV par une phase pleine forme.

Un modèle de repas suivant le programme pleine forme du régime Fricker

Ce qu’il faudra retenir dans le régime pleine forme, c’est qu’aucun aliment n’est à proscrire mais il s’agit de manger équilibré et de ne pas consommer plus que le nécessaire. Les glucides et les féculents qui sont autorisés aident à garder la forme mais aussi à avoir une sensation de satiété. Au petit déjeuner, le café ou le thé sont donc autorisés en plus des céréales ou des tartines. On prendra ensuite un laitage et un fruit non pressé. Au déjeuner, on prendra des crudités ou un potage de légumes en entrée, ainsi qu’un plat principal à base de poisson ou de viande. Les légumes sont toujours à privilégier, préparés avec une cuillerée à soupe d’huile végétale. Au dessert, le fruit et le laitage seront de mise. Le même menu est aussi proposé au dîner, mais l’entrée et le dessert sont facultatifs.

Comment choisir un vélo d’appartement ?

Les vélos d’appartement existent en différents modèles adaptés aux différents profils des utilisateurs et le choix dépendra entre autres des fonctionnalités, de la performance de l’appareil et du confort à l’utilisation. Le design ou les atouts en termes de transport et de rangement peuvent aussi faire la différence. Pour fixer son choix, l’utilisateur doit donc déterminer s’il veut utiliser le vélo au quotidien pour perdre du poids, pour garder la forme ou pour s’entraîner.

Pour choisir un vélo d’appartement, il faut déjà savoir qu’il existe des modèles connus pour différentes utilisations. Il faut commencer par s’orienter vers les modèles adaptés à son profil, puis prendre en compte quelques critères de sélection basiques comme le réglage et le confort du siège ou encore les fonctions offertes.

Les critères de sélection en fonction du profil de l’utilisateur

Le choix du vélo dépend du profil de l’utilisateur car les modèles sont différents pour les sportifs de haut niveau, pour les cyclistes amateurs et pour ceux qui désirent suivre un programme de remise en forme. Des modèles spécifiques ont été conçus pour répondre à des besoins bien spécifiques. C’est notamment le cas des vélos adaptés aux personnes âgées, à celles qui ont mal au dos ou encore à celles qui présentent des troubles moteurs. En terme de résistance, il existe deux types de vélos d’appartement : les mécaniques et les électriques. Pour les cyclistes amateurs, les modèles fonctionnant par résistance aéromagnétique et magnétique sont à privilégier.

Les critères de base pour choisir un vélo d’appartement

Pour tous les types de vélo d’appartement, quelques vérifications de bases seront toujours utiles, à commencer par le réglage de la selle. Si la selle peut se régler à la fois en hauteur et en profondeur, elle offrira un plus grand confort d’utilisation. De même le guidon doit être réglable. Une selle rembourrée est de rigueur, mais elle sera encore plus confortable avec un dossier. Le choix du vélo dépend aussi des fonctions proposées. Certains modèles sont suréquipés avec des fonctions de programmation des exercices. Certains modèles permettent de choisir la distance à réaliser, la vitesse ou la quantité de calories à brûler. Normalement, les vélos d’appartement sont tous équipés d’un capteur cardiaque. Cependant, ces capteurs sont différents d’un modèle à un autre. Les plus fiables sont les cardio-fréquencemètres par ceinture pectorale émettrice. D’autres systèmes semblent moins efficaces tels que les capteurs installés sur le guidon, enregistrant les pulsations au niveau de la paume de la main. Il existe encore d’autres modèles avec une prise des pulsations cardiaques au niveau des oreilles ou sur le doigt. Parmi les modèles les plus sophistiqués, certains sont équipés d’un écran permettant de suivre des images ou même des films pendant la séance d’exercices. Un autre point très important à prendre en compte est le poids du volant d’inertie situé en moyenne entre 5 et 11 kg. Lorsque ce poids est élevé, le confort de pédalage et de freinage est également plus élevé. Outre le poids d’inertie, le système de freinage est un autre facteur influant sur le confort d’utilisation du vélo. Il existe également différents types de système pour le freinage dont le freinage magnétique, le freinage par volant d’inertie ou par sangle. Le premier type semble être le plus avantageux et le plus confortable car il permet un freinage fluide et silencieux. Enfin, au moment de l’achat, quelques petits détails font la différence tels que l’existence de sangles au niveau des pédales pour bien tenir les pieds ou encore l’existence de roulettes à l’avant pour faciliter le déplacement.

Une bonne installation et une bonne posture pour bien utiliser le vélo d’appartement

Le vélo d’appartement est un équipement sportif apprécié, notamment grâce à sa taille. Il ne prend pas beaucoup de place et peut être installé facilement dans la maison. Peu encombrant, il permet de faire régulièrement des exercices sans avoir à sortir de chez soi. L’appareil doit présenter une bonne stabilité au sol pour une utilisation efficace. Pour cela, un empâtement suffisamment large est requis. On peut également choisir des modèles avec des roues pour faciliter son déplacement ou son rangement dans la maison. Il est important de garder le dos bien droit pendant les exercices et certains modèles prévoient un dossier avec la selle pour soutenir le dos, mais tous ne sont pas équipés ainsi. Une bonne astuce pour ne pas fléchir au bout de 15 minutes de pédalage est d’installer le vélo en face du téléviseur. Par ailleurs, pour une bonne posture, il faut que les genoux restent parallèles en pédalant et que la jambe soit tendue lorsque la pédale est en bas. Quant aux bras, ils doivent être relâchés.

Principes et effets du régime dissocié

Faisant partie des régimes alimentaires amaigrissants, les régimes dissociés ont pour principe de ne pas limiter les quantités consommées, mais insistent plus sur la qualité et le type d’aliments ingéré. Leur principe consiste en effet à ne manger qu’une seule catégorie d’aliments lors d’un repas ou de faire attention à leur combinaison. Leur efficacité repose ainsi sur la perte d’appétit créée à force de consommer le même type d’aliment.

Les régimes alimentaires dissociés sont indiqués pour perdre quelques kilos et retrouver une taille idéale après seulement quelques semaines. Ils partent du principe que l’association de certaines nourritures fait grossir. Ils sont efficaces et sans risques, à condition de respecter les principes alimentaires essentiels.

Concept et description

Pour maigrir avec les régimes dissociés, aucun type d’aliment n’est formellement proscrit et la quantité consommée n’est pas non plus limitée. Seulement, il est recommandé de consommer un seul produit pendant un certain temps ou de manger séparément certains groupes d’aliments. Telle est la base même du concept de dissociation des aliments, d’où l’appellation des cures correspondantes. Pour les précurseurs de ces types de régime, il est ainsi essentiel de laisser des intervalles de temps considérables entre la consommation des diverses catégories d’aliments car un seul type, ingéré seul, même en quantité considérable, ne ferait pas grossir. Les régimes dissociés font ainsi maigrir leurs adeptes en diminuant leur appétit à cause de la monotonie des repas.

Les fondements des régimes dissociés

Selon leurs concepteurs, les régimes dissociés suivent respectivement des méthodes différentes bien qu’elles tendent toutes vers les mêmes résultats. Ainsi, d’après les théories du Docteur William Hay, l’appareil digestif humain ne peut pas assimiler en même temps des aliments protéiques et des nourritures à base de glucide, ainsi que de fruits acides. Au mieux, les glucides ne sont que digérées en partie et troublent le métabolisme corporel en emmagasinant les graisses, d’où la prise de poids. Le Dr Hay conseille donc d’espacer d’au moins 4 heures les repas à base de glucide et ceux à base de protéine et de consommer à volonté, mais pas en même temps que d’autres nourritures, les légumes et les fruits, à part les pommes de terre et les fruits acides tels que les raisins, et de ne pas mélanger le lait à d’autres aliments tout en limitant le plus possible sa consommation.

D’autres conceptions

Le régime Montignac recommande d’éviter les aliments à trop fort index glycémique (IG) et de séparer la consommation de sucres et de graisses. Il s’agit plutôt d’un changement des habitudes alimentaires et son application peut être ainsi illimitée. En fait, l’index glycémique indique la rapidité d’assimilation du sucre par l’organisme. Ainsi, plus il est élevé pour un aliment, plus sa consommation est déconseillée. La cure Montignac autorise par contre l’association des lipides et des protéines et celle des glucides et des protéines, en faisant attention à ne manger que les aliments dont l’IG est très faible, tels que les légumes verts ou secs et les fruits.

Les effets des régimes dissociés

Les régimes dissociés ont des effets visibles dès les premières semaines et permettent de perdre jusqu’à 8 kilos en un mois. En effet, à force de toujours consommer la même catégorie d’aliments, le sujet s’en lasse vite et l’envie d’en reprendre régresse. Chaque méthode est réellement efficace, mais certaines demandent plus de discipline et de motivation, tant elles paraissent monotones et lassantes. Toutefois, de retour à un régime normal, il est plus prudent de surveiller de près son alimentation pour éviter l’effet yo-yo qui favorise la reprise des kilos en trop. En effet, assigné à un rythme restreint, le corps ne sera plus habitué à brûler beaucoup de graisses et les stockera en formant des couches adipeuses. Au cours d’un régime dissocié, le choix des aliments doit se faire de manière à conserver au mieux l’équilibre de l’organisme. Outre le fait de faire maigrir, les régimes dissociés aident de surcroît à faire des combinaisons plus bénéfiques pour la santé.